Les 2 et 3 décembre derniers, a eu lieu  une rencontre entre les chorégraphes Kader Attou et Mourad Merzouki avec les danseurs marocains.
Cette audition – organisée en partenariat avec l’Institut Français de Casablanca — a été une réussite incroyable et a généré un enthousiasme réel. Suite à un avis publié dans le magazine CasaMag et sur les réseaux sociaux, 186 danseurs marocains se sont présentés. Huit danseurs ont été sélectionnés par les deux chorégraphes, afin de monter un spectacle à partir des pièces de leurs répertoires.
Cette production sera présentée à Casablanca pour 4 représentations en 2017 / 2018, puis en tournée au Maroc.
Ce spectacle a aussi vocation à tourner en Europe, donnant ainsi un rayonnement médiatique très fort, en France et au-delà, à cette production Casablancaise.
À travers cette production, il s’agit d’impulser une dynamique vers la professionnalisation des danseurs hip hop et des acteurs culturels de Casablanca et de toucher tous les Casablancais, même les plus éloignés de la culture. Après plusieurs semaines de workshops, les danseurs travailleront avec les chorégraphes pour préparer le spectacle dans des conditions professionnelles.
À travers ce spectacle, il s’agit de favoriser l’implantation d’une troupe de très bon niveau de danseurs marocains – pouvant rassembler un large public, partir en tournée au Maroc et en Europe contribuant ainsi au rayonnement de la culture marocaine.

img danser casa.png
danser-casa-photo-groupe.png

Nouvelle adaptation en Darija du célèbre roman de Driss Chraïbi : "La Civilisation ma Mère!!"

DU ROMAN...
Le roman commence dans le Maroc des annees 30, dans la demeure d’une famille aisée, véritable prison pour la mère de famille, enfermée depuis toujours dans son rôle d’épouse et de mère.
Mais, au fil du temps, la civilisation (radio, cinéma, automobile... ) vient faire irruption dans son monde d’ignorance, lui ouvrant les portes d’un monde extérieur aussi fascinant qu’effrayant.
Ses fils la racontent a tour de rôle et s’émeuvent de son humanité, de sa force et de sa vitalité débordante, entière et touchante.
Le roman de Chraibi raconte avec tendresse et humour le décalage entre cette femme dupassé et le monde qui se découvre peu à peu à elle, comme une enfant qui s’éveille au monde...
A LA PIÈCE
Apres une vie passée a secouer les archaïsmes de la société, une femme vient de mourir.
Au troisième jour de deuil, sa petite-fille accueille les gens venus Iui dire adieu.
En attendant l’arrivée de son père et de son oncle, elle décide de revenir avec les convives sur la vie peu banale de cette grand-mère.
Durant ce laps de temps suspendu, elle évoquera la grand-mère d’avant, inculte et recluse, et le parcours, pas a pas, qui l’a amenée a découvrir le monde, son mari, ses fils et, surtout, elle même.
DRISS CHRAIBI
Driss Chraïbi est l’un des grands écrivains marocains de langue française (1926-2007).
C’est en 1954 qu’il est révélé avec son roman "Le Passe simple", critique acerbe de la société traditionnelle et roman qui a fait entrer la littérature marocaine dans la modernité.
C’est le début d’une brillante carrière d'écrivain (une quinzaine de livres).
ll a entre autres écrit des romans historiques (pour la plupart situés dans la société marocaine) mais aussi une série de romans policiers plutôt loufoque dont le personnage central est l’inspecteur Ali.
ll a reçu de nombreux prix littéraires dont celui de l’Afrique méditerranéenne pour l'ensemble de son oeuvre en 1973 ou encore le Prix de l'amitié franco-arabe en 1981...
UN SPECTACLE MODULABLE
En plus d’être une pièce tout public, avec sa forme simple (une seule comédienne et, pour seul décor, le lieu Iui-même agrémenté de quelques accessoires), La Civilisation, ma mère !... est aussi un spectacle << tout lieu >>. En effet, il a été conçu pour s'adapter naturellement
a toutes les configurations et a tous les types d’espaces (théâtre, appartement, classe, salle polyvalente... ).
L’EQUIPE
Karim TROUSSI, metteur en scène
Formé dans de grandes écoles (Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris, Centre National du Cirque de Chalons) il a aussi nourri sa pratique de ses rencontres avec Peter Brook, Ariane Mnouchkine, Hans Peter-Klaus, Jack Garfein, Daniel Mesguich, Fran-
cois Rancillac...
ll s'intéresse tout particulièrement aux aspects corporels, sensoriels et aux fondamentaux du jeu de l’acteur et développe un travail autour de la thématique << corps, jeux, perception », centré sur la sensibilité corporelle de l’acteur et son autonomie.
ll a aujourd’hui une trentaine de mises en scène a son actif.
Amal AYOUCH, comédienne
Amal Ayouch est l'une des figures représentatives de la scène culturelle marocaine. Elle a joué dans de nombreux films (Destin de femmes, Ali Zaoua, Les Anges de Satan...) et pièces (Antigone, En attendant Godot, Ophélie n’est pas morte... ).
Elle est également membre fondatrice de la Fondation des Arts Vivants, où elle milite pour la promotion du théâtre au Maroc et son accessibilité au plus grand nombre.